benoit_XVIBenoit XVI renonce. "La vigueur du corps et de l’esprit est aussi nécessaire, vigueur qui, ces derniers mois, s’est amoindrie en moi d’une telle manière que je dois reconnaître mon incapacité à bien administrer le ministère qui m’a été confié."

Cette annonce fut pour moi un petit choc. Le Talmud enseigne qu'il nous faut "un maître et un ami". Benoit XVI fut pour moi pendant 8 ans un maître spirituel et intellectuel qui professait avec sagesse des idées qui venaient se cacher dans mon coeur et dans mon cerveau et que je pouvais retrouver à chaque fois que mon cheminement pâtinait. Il était et il est encore plus aujourd'hui un exemple d'humilité profondément charitable.

Je ne résumerai pas dans ce blog la théologie de Benoit XVI; je n'en ai pas les capacités et ai toujours considéré qu'il valait mieux puiser à la source pour comprendre. Je ne commenterai pas non plus l'éventail des réactions dont certaines se limitent malheureusement à des polémiques creuses, sans justement les intégrer à la révolution véritable de Benoit XVI. Je donnerai très simplement quelques brèves clefs de ce que ce grand bonhomme m'a apporté... en espérant que je construise sur ses discours-rocs.

Benoit XVI a transcendé mon rationalisme. Un autre sage, Pierre Goursat, disait régulièrement que plutôt que croire en nos doutes et douter de notre foi, nous devrions croire en notre foi et douter de nos doutes. Tout au long de son pontificat, Benoit XVI nous a demandé d'ancrer notre foi dans la raison. «La résurrection du Christ est notre espérance […], ce n'est ni un mythe, ni un rêve, ce n'est ni une vision, ni une utopie, ce n'est pas une fable, mais un événement unique et définitif : Jésus de Nazareth, fils de Marie, qui au soir du Vendredi saint a été descendu de la Croix et mis au tombeau, est sorti victorieux de la tombe.» Jésus est véritable, historique, charnel. Dieu est raisonnable, il n'est pas une abstraction d'un autre ordre, une chimère. Savoir que Benoit XVI, un être ancré dans la raison, pétri de culture et lecteur de philosophie allemande est en même temps ce pape vivant pleinement d'une foi, d'une espérance et d'une charité immenses fut et reste un encouragement à trouver le Beau et le Vrai dans les recoins de ma raison.

Benoit XVI m'a guidé sur une recherche absolue de vérité. Il fut parfois bêtement taxé de conservatisme et de rigidité. Aujourd'hui encore Libération parle d'un pape "pessimiste et intransigeant" sans évoquer une seule des nombreuses perles de lumière qu'il a egrénées dans ses livres et discours. Benoit XVI n'est pas intransigeant, il est exigeant. Ses livres d'interview démontrent très facilement qu'il était lucide et plein d'amour pour tous les hommes, dont certainement lui-même, qui sont engagés sur un chemin de sainteté mais dont les mollets faiblissent au cours de l'ascension. La vérité, c'est l'élément manquant du monde contemporain. Nous sommes passés sans nous en rendre compte à un monde qui agit par émotion, par réaction sans jamais prendre le temps de poser sa réflexion. Caritas in Veritate fut l'expression fondatrice pour moi des troubles que nous vivons. Nous pensons souvent être généreux ou charitables sans jamais vraiment nous poser la question fondamentale de la vérité. La raison que revendique Benoit XVI doit être une base pour chercher Dieu, le vrai, le beau. "Je pense ici à l’attitude de ces chrétiens qui, par respect humain ou par simple commodité, s’adaptent à la mentalité commune au lieu de mettre en garde leurs frères contre des manières de penser et d’agir qui sont contraires à la vérité, et ne suivent pas le chemin du bien." Quaere Deum (chercher Dieu) est évidemment complexe mais nous avons cruellement besoin de reprendre le temps de cette complexité.

Benoit XVI a secoué ma charité. En 2009, alors que nous étions au Cameroun avec mon épouse, nous avons eu la chance d'assiter dans un stade plein à craquer à une messe papale terriblement joyeuse. De ce voyage, les médias retinrent une polémique pleine des raccourcis dont ils deviennent trop souvent les champions; moi j'en retiens une phrase qui me hérissa les poils d'émotion : "aux enfants qui n'ont plus de père ou qui vivent abandonnés dans la misère de la rue, à ceux qui sont séparés violemment de leurs parents, maltraités et abusés, et incorporés de force dans des groupes paramilitaires sévissant dans certains pays, je voudrais dire : Dieu vous aime, Il ne vous oublie pas." Quelques minutes auparavant, il avait encouragé les pères de famille à aimer et respecter leurs femmes. Cela peut paraitre anodin à un esprit occidental mais il suffisait de regarder les sourires qui ont connu la souffrance de ces femmes et ces jeunes en boubous papaux autour de nous pour comprendre que ces petites phrases murmurées avec une force de conviction et un amour incroyables étaient signifiantes. Dieu vous aime, il ne vous oublie pas. Tout au long de son pontificat, Benoit XVI a marqué par son regard empli d'amour. Même lorqu'il prononcait des paroles fortes et exigeantes, il prenait soin de ne pas juger mais d'aimer. Cet amour, certains ne l'entendent pas alors qu'il irradie et explique toute sa pensée. Dans un livre pourtant critique sur l'élection de Benoit XVI, Confession d'un cardinal, l'auteur ne peut s'empêcher de le décrire en vérité : "Benoit XVI est un homme exceptionnel sur le plan humain, ce n'est pas toujours connu, sur les plans intellectuels et spirituels, c'est une évidence." 

Benoit XVI m'a encouragé sur la longue route de l'engagement. En 2009, après le Cameroun, il s'arrêta en Angola. Devant des milliers de jeunes, il fit encore et toujours un discours magistral les encourageant au mariage ou au sacerdoce : "face au risque de s’engager pour toute la vie, que ce soit dans le mariage ou dans une consécration particulière, vous éprouvez de la crainte. [...] Je vous le dis : Courage ! Osez prendre des décisions définitives parce que ce sont les seules qui ne détruisent pas la liberté, mais qui lui donnent la juste orientation, en permettant d’avancer et de faire quelque chose de grand dans la vie. La vie n’a de valeur que si vous avez le courage de l’aventure et la certitude confiante que le Seigneur ne vous laissera jamais seuls." A chacune de ses interventions, comprenant plein d'amour les difficultés des personnes qu'il avait en face de lui, Benoit XVI a su tourner leur regard vers une vie plus grande, difficile mais tellement belle.

Benoit XVI m'a ébloui par son humilité. Les polémiques qui font la joie des médias sont mal comprises. On critique Benoit XVI en évoquant les prêtres pédophiles, la sexualité, les intégristes. Mais on omet de glorifier cette qualité rare qu'est l'humilité. Benoit XVI a décidé humblement et sereinement de porter les croix de l'Eglise, d'accepter les critiques sans jamais se plaindre et en sachant pour Qui il oeuvrait. Dès le Chemin de Croix qu'il présida en remplacement d'un Jean-Paul II mourrant, il affirma que "les habits tellement sales de ton Eglise nous plongent dans le désarroi. Mais c'est nous qui l'avons salie." Il le répéta ensuite à de nombreuses reprises, notamment dernièrement lors de l'arrestation de son majordome qui fut pour lui une lourde épreuve. Aujourd'hui il me montre  à nouveau par son renoncement qu'en lecteur attentif de saint Benoit, il a pris de l'avance sur moi dans la montée des douze degrés sur l'echelle de l'humilité.

Benoit XVI m'a fait redécouvrir les racines fondatrices de l'homme. Rappelant avec force les fondements de ce qu'il a appelé "l'écologie humaine", Benoit XVI m'obligea à prendre conscience de cet homme créé homme et femme à l'image de Dieu. Bioéthique et famille bien-sûr mais plus profondément dignité de l'être humain, du plus faible. Cette approche donnera indéfiniment lieu à polémique, car c'est là que se trouve concrètement la fracture intellectuelle depuis la nuit des temps. Homme créé par Dieu ou Homme maîtrisé par l'Homme? Mais c'est magnifique. Comme l'écologie cherche à retrouver la pureté de la terre, l'écologie humaine peut nous amener à retrouver la pureté de l'Homme. Plus profondément, ce respect de la dignité de l'être humain est le terreau créateur de paix. "En chaque personne, le désir de paix est une aspiration essentielle qui coïncide, d’une certaine façon, avec le désir d’une vie humaine pleine, heureuse et accomplie. […] La négation de ce qu’est la véritable nature de l’être humain, en ses dimensions essentielles, en sa capacité intrinsèque de connaître le vrai et le bien et, en définitive, Dieu lui-même, met en danger la construction de la paix.

Benoit XVI m'a poussé à m'impliquer dans la société. En 2010, lors de son voyage extrêmement riche en Grande-Bretagne, Benoit XVI lanca un appel aux laïcs à "introduire et promouvoir dans le débat public l'argument (...) d'une vision de foi." Nous devions, je devais apporter cette foi constitutive de ce que je suis dans ma vie sociale, professionnelle, politique, car la raison a besoin du "correctif apporté par la religion." La raison politique a besoin de foi mais également la raison économique et plus généralement le monde qui nous entoure. Quitte à ne pas être compris, quitte à étonner, quitte à provoquer des discussions étranges mais aussi bien souvent enrichissantes, Benoit XVI encouragea souvent les chrétiens à faire leur coming-out là où ils sont et à participer activement à la construction du monde. En février 2012, en encourageant les cardinaux à être serviteurs aussi loin que le rouge sang du martyr qu'ils portent, il recommandait à tous les chrétiens d'aller courageusement au bout de leur foi.

En fait, Benoit XVI m'a rendu profondément chrétien. Ich bin ein Vaticaner. Quand j'écoute les discours quotidiens de notre intelligensia politico-médiatique, je n'ai qu'une envie : me plonger dans une homélie de Benoit XVI. Prendre de la hauteur, retrouver l'essentiel, chercher, aimer. Un jour, on me demanda quel était mon dîner parfait. Je n'avais aucun doute sur deux personnes : ma femme et Benoit XVI. Les deux sont exigeants, les deux me demandent d'aimer plus que ce que je ne peux, les deux me conseillent le ciel pour y arriver.

Avoir à dîner un mec qui te remet en question et te challenge sur la vérité de tes pensées, paroles et actes; avoir à diner un mec qui exige de toi d'être prêt au martyr par amour de Dieu; avoir à dîner un mec qui te pousse à mettre en acte des choses auxquelles tu crois mais que tu mets systématiquement de côté; avoir à dîner un mec qui dit, fait, pense, croit tout ça sans la ramener; ça devrait tuer ton dîner tellement tu te dirais le soir devant Docteur House que tu as du chemin. Et pourtant...

Mais c'est le dîner impossible, car Joseph Raztinger a décidé d'aller prier dans un couvent. Ce qui me rassure et fonde mon espérance, c'est que si Joseph se met à prier encore plus qu'aujourd'hui, cela risque de faire des ravages positifs dans le monde dont on n'a pas idée.